Imprimer

Qu'est-ce que NEMO33 ?

En Belgique, il existe un « must » de la plongée unique au Monde : NEMO33
La piscine LA PLUS PROFONDE du Monde est ... à Uccle (Bruxelles - Belgium) !

D’abord le nom. Pourquoi NEMO ? Parce que du capitaine de « 20 000 lieues sous les mers » de Jules Verne au facétieux poisson-clown des studios Disney-Pixar, ce nom est lié à l’imaginaire maritime et à la recherche de libertés.
Et pourquoi 33 ? Parce que le bassin accuse au moins 33 mètres de fond et que l’eau y atteint 33° Celsius.  La Mecque pour nous plongeurs !

Nemo33 - Roi des bulles

Finies les plongées dans une piscine à l’eau glauque et plus que fraîche sous les ordres d’instructeurs machistes (que l’on ne voyait d’ailleurs jamais s’immerger) qui vous imposaient un entraînement indigne d’un bagnard.
Quant à la sécurité, c’était une notion abstraite que l’on maîtrisait au fil du temps en tirant les leçons de ses propres erreurs. Je peux en parler, j’ai connu, j’ai survécu, mais il a fallu s’accrocher, car il n’y a pas si longtemps une gonzesse (comme disaient ces vieux c…) dans une palanquée, c’était comme un lapin sur un bateau, ça portait la poisse !
Un homme a eu l’intelligence de vouloir changer les choses et de mettre fin à ces inepties. Aujourd’hui à NEMO33, 50% des plongeurs sont des plongeuses. Afin de vous en dire plus j’ai eu le plaisir de discuter avec John Beernaerts, le concepteur de NEMO33.

 Nemo33 - Roi des bulles


Qui est  John BEERNAERTS ?

Dès l’âge de 7 ans, bercé par les films de Cousteau et les feuilletons australiens que lui laissaient regarder ses parents, le petit John BEERNAERTS (prononcez Bernart’s) a contracté le virus de la plongée. Pas celle des exploits physiques, celle du beau, du zen et du plaisir.
Et son papa chirurgien de lui dire : « D’accord mais tu es trop jeune; tu ne plongeras pas avant l’âge de 16 ans »
(C'était ainsi à l'époque, au siècle passé ...)
Cette grosse frustration n’a fait que décupler son désir obsessionnel de plonger. Devant la détermination paternelle à préserver la santé de son fils, le gamin a continué à regarder la télé en rongeant son frein et il a effectué sa première plongée à… seize ans et une semaine, en Sardaigne. Il n’a pas arrêté depuis, dans toutes les mers du globe, et bien qu’il ait passé un monitorat vers l’âge de trente ans il a également entrepris quelques petites études, histoire de passer le temps : il est simplement devenu polytechnicien… Comme il l’avoue modestement : « C’est un peu pompeux de dire ça, mais je suis effectivement polytechnicien et un jour j’ai eu la chance de pouvoir relier mon métier d’ingénieur avec ma passion de la plongée en dessinant, un soir sur la nappe en papier d’un restaurant, les premiers contours de NEMO33. Et puis ça a été une longue histoire de quelques années pour concrétiser ce projet aux niveaux financiers, techniques et marketing ».

Après trois ans d’études, les travaux ont commencé en janvier 2000 et se sont terminés avec deux ans de retard en avril 2004. En tout, il lui a fallu presque dix ans pour aboutir et John Beernaerts a pu ouvrir les portes de NEMO33 le 1er mai 2004, non sans quelques bâtons dans les roues au passage. Quand on innove on dérange, c’est bien connu, mais techniquement c’est une belle réussite que beaucoup lui envient.

John Beernaerts annonce son concours


C’est où et c’est quoi NEMO33 ?

NEMO33 est une structure de plongée bâtie à Uccle, dans la périphérie de Bruxelles, capitale de la Belgique (pour ceux qui sont fâchés avec la géographie), zone euro (pour ceux qui calculent encore en francs) et où les gens parlent français avec un délicieux accent (pour ceux qui sont fâchés avec les langues).

Certes le plat pays n’est pas particulièrement connu pour ses lagons ensoleillés mais depuis cinq ans on peut y plonger dans les mêmes conditions qu’à Bora Bora. Bien avant les notions de développement durable, les accords de Kyoto et autres conférences altermondialistes devenues très à la mode, les priorités de John ont été : sécurité et confort ainsi que respect de l’environnementde l’Homme et de l’éthique commercialemalgré bien entendu une recherche de rentabilité.

Une des particularités du site (et ce n’est pas la seule) c’est son eau, pompée dans des nappes souterraines d’une exceptionnelle qualité. Une eau naturellement cristalline, pratiquement non traitée, buvable et minéralisée telle une eau de source. Pour conserver le velouté de son épiderme Cléopâtre prenait des bains de lait d’ânesses, à NEMO33 vous plongez dans une eau minérale qui vous évite une longue douche pour vous débarrasser de l’odeur de chlore et de vous tartiner de crème hydratante.

Taille du bassin : 20m x 16m, disposant de 5 plates-formes dont la profondeur est adaptée aux compétences de chaque plongeur. Un bassin à 1m30 pour les débutants et un bassin nageur à 2m50; une fosse à 5m pour les baptêmes, une fosse débutants à 10m et celle qui descend à 33 mètres: la plus profonde au monde. En tout 2 500 m3. Plonger dans l’équivalent de 2 millions et demi de bouteilles de Vittel, c’est tout de même épatant !
Au gré de l’évolution des technologies la structure a également développé différents moyens de chauffe pour obtenir une eau à une température constante de 33°C. Le premier est le solaire, avec des systèmes de récupération de chaleur, des pompes à chaleur, des chaudières à condensation et elle produit maintenant sa propre électricité. Le résidu de cette production est stocké et le bilan énergétique du bâtiment est excellent, à savoir : pour un volume trois fois supérieur à celui d’une piscine municipale, la dépense énergétique est de deux fois moins avec une eau qui atteint cinq à six degrés de plus que dans les structures traditionnelles. Fameux.
Le résultat est donc extrêmement positif et une douzaine de petits NEMO devraient voir le jour dans différentes régions du monde. Les demandes commencent à affluer.

Nemo33 - Roi des bulles

Mais afin de lui garder sa clarté tout au long de l’année et par mesures d’hygiène, le matériel personnel est pratiquement proscrit (voir la liste en fin d’article). Mais oui, avouons-le ! A part quelques maniaques hyper méticuleux, on sait bien que nos palmes et notre combinaison traînent au fond d’un placard poussiéreux à côté de nos baskets boueuses et que les bouteilles s’essoufflent dans le coffre de la voiture entre la roue de secours et le bidon d’huile ; à moins que ce ne soit le contraire. Donc à NEMO33 on met tout à votre disposition (le prêt du matériel est compris dans le prix d’entrée mais cette disposition va changer en 2012 pour évoluer vers un système de location), ce qui a l’avantage pour une fois de nous faire voyager léger, de ne pas rincer son matos ni de le voir sécher toute la semaine dans la douche. Un réel confort auquel, je vous assure, on se fait très vite.

Côté détente, NEMO33 dispose d’un restaurant asiatique fort goûteux dont les baies vitrées donnent sur la fosse de plongée et côté pratique on accède à Nemo33 en train, en moto ou en voiture et le vaste parking gratuit accueille également les mobil-homes, les caravanes et les autocars. En fait les seules choses à apporter sont un maillot de bain, une serviette et une pièce de 50 cents pour le vestiaire.

Et si on parlait du « Roi (ou Reine) des Bulles » ?

Perfectionniste dans l’élaboration de ses projets, John Beernaerts développe parallèlement un petit côté cocasse, style professeur Tournesol si vous voyez ce que je veux dire. Bref, il est Belge - comme Hergé, Benoit Poelvoorde, Jacques Brel et tant d’autres -, donc poète. Une sorte d’artiste surréaliste qui a eu envie de donner ses lettres de noblesse à un sport un peu trop individualiste à son goût et manquant souvent de fantaisie. D’où l’idée de créer un concours ludique pour célébrer la beauté illusoire de l’éphémère. Que celui ou celle qui n’a jamais fait de bulles lui jette le premier seau d’eau. On a tous fait des bulles un jour : dans son bain, dans la piscine, dans la rue… bulles d’eau, bulles de savon, bulles de chewing gum… C’est beau une bulle, ça se forme, ça s’envole (quand ça ne vous éclate pas sur le nez), on voudrait la saisir dans ses mains mais ça explose et puis ça disparaît. Alors on en fait une deuxième que l’on espère garder plus longtemps que la précédente.

Nemo33 - Roi des bulles

Dont acte. John lance le premier concours mondial de bulles en piscine. Et je vous assure qu’il y a déjà quelques virtuoses en la matière. Un lieu d’accueil idéal : NEMO33 et pour l’instant deux partenaires : Aqua Lung etplongeur.com et ça serait chouette d’être nombreux à y participer.

D’ailleurs à la page 98 de Plongeur.com Magazine (numéro 2) (à télécharger gratuitement sur www.plongeur.com), Frank Guesnel, dive master à Marseille, vous livre « ses trucs de pro » pour réaliser de superbes bulles toriques.

En 2010, les candidat(e)s disposaient de 4 jours de qualification : les dimanches 25 avril20 juin29 août et 24 octobre avec la possibilité de s’inscrire à une, deux, trois ou quatre dates. Seul leur meilleur résultat sera retenu. Les vingt meilleur(e)s concurrent(e)s participeront à la finale qui aura lieu le dimanche 28 novembre 2010. Les dates en 2011 doivent encore être fxées. Elles auront lieu entre septembre et décembre 2011.

Nemo33 - Roi des bulles

Rien que les prix vont vous donner envie de buller…

Le Roi ou la Reine des Bulles gagnera : 
1.000 € en bon d’achat de matériel + entrée gratuite illimitée à NEMO33 pendant 1 an + 10 repas de 2 personnes à prendre au restaurant NEMO33 en 25 visites.

Ses 10 Princes ou Princesses gagneront respectivement : 
• 1er :  500 € en bon d’achat de matériel + 12 entrées gratuites personnelles à Nemo33 pendant 1an + 3 repas de 2 personnes à prendre au restaurant Nemo33.
• 2nd :  250 € en bon d’achat de matériel + 12 entrées gratuites personnelles à Nemo33 pendant 1an + 2 repas de 2 personnes à prendre au restaurant Nemo33.
• 3e :  100 € en bon d’achat de matériel + 6 entrées gratuites personnelles à Nemo33 pendant 1an + 1 repas de 2 personnes à prendre au restaurant Nemo33.
• Du 4e à 10e :  5 entrées gratuites à Nemo33 valables 1 an + 1 repas de 2 personnes.

Tous ces prix ne sont pas transférables, ni échangeables, ni cumulables. Vous pouvez vous inscrire dès aujourd’hui et pour en savoir plus sur ce super concours, connectez-vous sur le site du « Roi des Bulles » ou demandez le formulaire d’inscription.

Seul (ça serait vraiment dommage), en couple ou en binôme (là, c’est sympa), en groupe ou en club (voilà une super sortie à programmer), NEMO33 offre tout un éventail de possibilités, de la plongée de nuit au forfait week-end. A découvrir sur le site de NEMO33
Brigitte THOUVENOT.

Nemo33 - Roi des bulles

 

Coordonnées de NEMO33 :Nemo33 -Logo
Position GPS : 4°19′02′ Est - 50°47′46′ Nord
Rue de Stalle 333 (Rond-point des Menhirs)
1180 Uccle (Bruxelles) – Belgique
Tél : 00 32 2 332 33 34  -  Fax : 00 32 2 333 38 39  -  E-mail :   dive (arobaz) nemo33.com

CONSEILS PRATIQUES :
Certains équipements de plongée personnels sont autorisés à Nemo33 :
• Votre masque & tuba personnels
• Vos palmes (uniquement les palmes de piscine, pas de chaussons donc ! Pas de palmes en vieux caoutchouc décomposé)
• Votre ordinateur de plongée (le port d’un ordinateur est obligatoire pour tous les plongeurs, même débutants. Le prêt d’un ordinateur est compris dans le prix d’un baptême. Pour les distraits, un ordinateur est loué 3 € par plongée ou 5 € par journée)
• Votre détendeur personnel, seulement si votre ordinateur est intégré sur la console et qu’il dispose d’une connexion internationale (les détendeurs de type DIN sans adaptateur sont interdits)
• Un petit appareil photo digital (sans flash externe)
Quel matériel faut-il laisser absolument à domicile ?

• Les bouteilles de plongée (facilitez-vous la vie, tout est sur place)
• Les jackets ou gilets (mesure d’hygiène)
• Les détendeurs à fixation DIN (non compatibles)
• Tout objet métallique (mousqueton, couteau, …)
• Les ceintures et les plombs (risque de chute sur les autres participants)
• Les bottillons de plongée (risque de contamination mycosique)